LhomochapeauSon chapeau ne passe pas inaperçu.
Mais ne vous laissez pas tromper par l'apparence qu'il donne :
Il s'agit d'un auteur des plus expérimentés,
qui a même su retenir l'intérêt des éditions du Seuil.


J'ai le plaisir d'accueillir aujourd'hui Patrice Verry

 

EV : Bonjour Patrice. Peux-tu te présenter en quelques phrases ?

PV : L’exercice de « l’auto-présentation » est toujours un peu délicat. L’interlocuteur n’attend sans doute pas que l’on raconte sa vie. D’autre part, si l’on reste dans le convenu social, il est de coutume de se présenter par sa profession. Pourtant les loisirs et les passions sont tout aussi importants. Pour répondre à la question : je gagne ma vie à la centrale nucléaire de Chinon comme prestataire d’EDF (un métier administratif bourré de paperasse), et le reste du temps je suis écrivain et organisateur de salons littéraires et graphiques (ça a l’air pompeux mais c’est ainsi). Si on ajoute une passion pour l’astronomie et les jeux vidéo, ce sera (presque) complet.

EV : Une fois encore, je constate que les nouvellistes ont souvent de multiples centres d'intérêt :)
Quand as-tu commencé à écrire ?

PV : Déjà avec mon frère, quand nous étions petits, nous inventions des histoires à partir de nos personnages de roman ou de films préférés (on dirait fan-fiction aujourd’hui). J’ai commencé à mettre des choses par écrit en 1979, quand j’ai commencé à lire de la SF comme un forcené. Ces premiers textes étaient très courts et complètement illisibles.

EV : Et ta première nouvelle ?

PV : Comme je le dis ci-dessus, il n’y a pas vraiment de première. Mais il y a eu une transition vers « l’âge adulte » de l’écriture quand j’ai arrêté de m’autocensurer. Avant ce passage, j’avais une sorte de crainte des réactions de mon entourage proche. Et puis à un moment, j’ai décidé d’écrire ce que je voulais vraiment.

EV : Qu'apprécies-tu dans le genre de la nouvelle ?

PV : J’aime le jeu avec le lecteur que permettent les nouvelles à chute (mes préférées). Mais j’aime aussi cette forme condensée qui nécessite d’évoquer l’ambiance, les caractères… avec le minimum de mots pour un maximum d’effet.

EV : L'art de concision !
Quels genres littéraires abordes-tu ?

PV : Principalement la SF et le Fantastique, voire un mélange des deux, car on étiquette trop souvent des choses ou des gens qui ne sont pas étiquetables. Par contre, quelle que soit la forme, les personnages et l’humain restent au cœur de ce que j’ai envie de partager avec le lecteur.

EV : Comment te vient habituellement l’inspiration ?

PV : En fait j’ai tout le temps des idées. Il fut un temps où je m’asseyais dans un bar, j’observais les gens et ça me donnait mes personnages. Par contre, je suis très lent à écrire, et je ne réaliserai jamais toutes mes idées. Mais c’est l’essence de la vie : il y a toujours une vague qu’on ne verra pas.

EV : Peux-tu nous en dire plus sur ta manière d'écrire ?

PV : Depuis que l’ordinateur existe (et surtout le portable) je n’utilise plus le crayon. Je suis très irrégulier dans l’écriture. Je peux rester des mois sans rien faire, puis brusquement m’y mettre tous les jours. Dans la plupart des cas, il me faut le silence. Mais il m’est arrivé de mettre de la musique (de film par exemple) pour m’extraire de l’environnement et soutenir un passage dramatique à écrire.

J’ai aussi une fâcheuse tendance à foncer dans un début sans trop savoir où je vais, uniquement parce que je suis amoureux d’un personnage que j’ai envie de voir vivre. Après, bien sûr, il faut raccrocher les morceaux !

EV : Accepterais-tu de nous livrer une anecdote de ta vie d’auteur ?

PV : C’était avant l’ordinateur portable. Je gribouillais sur des feuilles à petit carreaux, en gommant, raturant, insérant des flèches pour remettre les choses en ordre. Nous étions sur une plage en Guadeloupe avec ma femme et mes enfants. Quand un brusque coup de vent m’arracha les feuilles des mains. Elles s’envolèrent vers la mer. Je regardai, fataliste, mon œuvre tomber à l’eau, quand ma femme s’est précipitée dans les vagues pour rattraper les précieux feuillets. Comme c’était du crayon et non de l’encre, j’ai tout récupéré. Un écrivain devrait toujours avoir quelqu’un qui l’aime à ses côté !

EV : Une scène digne d'un court-métrage :)
Que conseillerais-tu à celui qui voudrait prendre la plume ?

PV : Ne pas avoir peur de faire lire son texte. Ne pas se sentir vexé par les critiques constructives de lecteurs avertis. Même si l’auteur a mis de soi dans le texte, une critique sérieuse ne visera jamais l’écrivain. Elle mettra en évidence les faiblesses du texte. C’est souvent une étape difficile à passer pour les débutants. Mais elle est absolument nécessaire pour progresser.

EV : Et au lecteur de nouvelle ?

PV : De continuer à en lire ;)

EV : S’il y avait un livre que tu as lu et apprécié et dont tu aurais aimé être l’auteur, ce serait lequel ?

PV : J’ai aimé beaucoup de livres (romans ou nouvelles), mais je n’ai pas envie d’être quelqu’un d’autre, ni d’avoir écrit l’œuvre de quelqu’un d’autre. Parce que, de toute façon, je ne l’aurais pas écrite de la même façon. Par contre je suis parfois fasciné par l’écriture de certains auteurs qui arrivent à me plonger dans l’ambiance de leur texte. Je ne sais pas toujours comment ils font (ce n’est pas qu’une question de technique) car ils utilisent un vocabulaire qui n’est pas forcément différent du mien. C’est quelque chose dans l’agencement des mots et des phrases. C’est une alchimie mystérieuse et passionnante.

EV : Alchimie qui permet la très riche diversité de l'univers littéraire.
Qu'aimerais-tu ajouter ?

PV : Je suis rentré il y a quelques années dans le collectif Cocyclics, qui m’a énormément fait progresser dans l’écriture. Comme je le disais plus haut, être ouvert à la critique constructive, et être capable soi-même d’en faire aux autres est extrêmement formateur. De plus, partager ses passions, ne pas être seul dans son coin, est humainement très positif.

Je pourrais également parler de ma participation à l’association imaJn’ère qui organise à Angers depuis cinq ans un salon de la littérature populaire. Entre autre moyen de promouvoir cette littérature populaire, nous éditons chaque année un recueil de nouvelles dans lequel amateurs et professionnels se côtoient. Une aventure riche d’expérience.

   PV Meurtres au seuil    PV Robots

EV : Merci d'avoir apporté une bibliographie. Je suis impressionné :)

  • « En suivant le Petit Poucet » (anthologie "Meurtres au seuil de l’an 2000" – Editions du Seuil – Points P770 – Juin 2000)
  • « Substitution » (anthologie "Les robots sont-ils vraiment nos amis ?" - Voy'[el] - Février 2012)
  • « Lorqu’il ouvrira » (anthologie "Histoire d’aulx - Sous la cape" / imaJn'ère - Avril 2011)
  • « Un millionième de seconde d'arc » (anthologie "U-Chroniques - Sous la cape" / imaJn'ère - Mai 2012)
  • « Héliogynie » (fanzine Piments et Muscade n°16 (Plein soleil) - L'armoire aux épices - Eté 2012)
  • « Stiletto Veneziano » (fanzine Piments et Muscade n°17 (Escarpins bottes et talons) - L'armoire aux épices - Automne 2012)
  • « Les dents de Kitty » (anthologie "Vampire malgré lui" – Petit Caveau – Décembre 2012)
  • « Un village si tranquille » (anthologie "Dimension Super-Héros 2" - Rivière Blanche - Février 2013)
  • « Vert vert vert... » (anthologie illustrée Artbook raconté de Fleurine Rétoré - La porte littéraire - Mars 2013)
  • « Une visite au Mont Saint-Michel » (anthologie "Riposte Apo" - imaJn'ère - Mai 2013)
  • « Incompatibilité » (fanzine Piments et Muscade n°19 (Des griffes et des crocs) - L'armoire aux épices - Eté 2013)
  • « Archéogenèse » (fanzine Piments et Muscade n°20 (A la fleur de l’épée) - L'armoire aux épices - Hiver 2013-2014)
  • « L’empereur, le préfet et l’ingénieur » (anthologie "Retro-fictions" – imaJn’ère – Mai 2014)
  • « Bounty Hunter » (anthologie "Star Ouest" – imaJn’ère – Avril 2015)

  PV Histoires dAulx  PV PM_20_Couverture

 

EV : Peut-on trouver certains de tes textes sur le web ?

PV : « Je suis morte au cap de la colère » est restée assez longtemps sur le site d’ARTE (à la suite d’un concours lié à Stephen King). Mais elle est à présent archivée.

En fait, je ne me suis pas vraiment lancé dans l’édition numérique. Ça viendra sans doute.

EV : Où peut-on te retrouver ?

EV :  Merci Patrice d'avoir accepté de répondre à mes questions. N'hésite pas à nous tenir au courant de ton actualité :)


 

  Aller à la Galerie des nouvellistes (Sommaire)

Pour retrouver sur ce blog des textes inédits de "Nouvellistes de la semaine"

Pour découvrir les nouvelles publications des "Nouvellistes de la semaine"

Pour rencontrer les "Nouvellistes de la semaine" (séances de dédicaces,...)