Après avoir reçu ici 37 nouvellistes en 2015,
j’ai le plaisir de démarrer 2016 en recevant un « invité spécial ».

Pour promouvoir le genre de la nouvelle,
il a choisi l’efficacité :
il a créé sa propre maison d’édition !

J’ai donc la joie d’accueillir aujourd’hui Philippe VIEILLE,
fondateur des éditions Souffle Court.

PhilippeVieille

EV : Bonjour Philippe. Peux-tu te présenter en trois phrases ?

PV : Malgré une attirance prononcée pour les matières littéraires, je suis ingénieur agronome de formation et je fais « bouillir la marmite » comme chef d’entreprise dans l’agro-alimentaire.

Dans mon village, je participais déjà à un atelier d’écriture. Après avoir connu le bonheur d’écrire, j’étais habité par le rêve de devenir éditeur. Quel plus beau métier ? C’est ainsi que j’ai proposé à mes amis co-auteurs de créer une maison d’édition qui éditerait ce premier recueil collectif de nouvelles.

EV : C’est donc ainsi que sont nées les éditions Souffle Court. Pourquoi cette dénomination ?

PV : C'est un nom à tiroirs :

  1. tout d’abord, « souffle court » fait référence implicite à l’émotion, l’émotion transcrite en mots par l’auteur et ressentie par le lecteur,
  2. ensuite, « souffle court » rappelle que la promotion du texte court est notre priorité éditoriale ouvertement assumée,
  3. enfin, « souffle court », fait un clin d’œil aux circuits courts, en misant sur une proximité avec les auteurs et les lecteurs pour former une communauté capable de se passer des grands diffuseurs traditionnels pour aborder les libraires tout en donnant leur chance à des plumes méritantes pas ou peu connues.

A propos des nouveaux auteurs, dans tous nos concours, nous prenons le soin de soumettre au jury des textes anonymes, afin de ne pas être influencé par le nom des auteurs lors de la sélection des nouvelles. Nous nous réjouissons lorsque l'auteur d'un recueil précédent est à nouveau choisi : c’est signe de qualité !

EV : Plusieurs d’entre eux on déjà accepté de répondre à mes questions dans cette rubrique. Un de mes textes a même eu l’honneur d’être retenu dans un de ces recueils ;)
Mais revenons à toi : l’actualité de ce mois de décembre 2015 a été particulièrement chargée, non  ?

PV : Tout à fait, puisque nous publions 3 nouveaux ouvrages en moins de 3 semaines :

boxer

  • « Boxer dans le vide », une anthologie regroupant 33 nouvelles de Philippe Aubert de Molay, un auteur publié à diverses reprises par Souffle court. Le recueil débute avec « Leçon de ténèbres », qui a valu à Philippe de recevoir le prestigieux prix Hemingway 2015 décerné par les « Avocats du Diable » à Nîmes.
  • « Renaissances », un recueil regroupant 22 nouvelles lauréates de notre dernier appel à textes inspirés d'une photographie.
  • « Une nuit avec Baker », regroupant la nouvelle éponyme de Jocelyn Haumesser lauréate du Prix littérature et musique 2015, ainsi qu’une sélection de 20 autres nouvelles sur la centaine de textes reçus. Chaque texte est accompagné de la musique qui l'a inspiré accessible par le biais d’un flashcode. On peut donc lire la nouvelle tout en écoutant cette musique.

J’aimerais profiter de la tribune que tu m’offres pour raconter la belle histoire qui entoure l'aventure du « Prix Littérature et Musique ».

Le jury a été composé très majoritairement par des jeunes de 15 à 27 ans, résidents de « Carrefour », une association d’insertion de Metz. Ils ont lu les 21 textes très attentivement et nous avons passé une merveilleuse soirée en leur compagnie, lors de la réunion du jury en présence de Philippe Aubert de Molay, parrain de ce concours. Il a fallu 5 heures de débats pour arrêter le nom du lauréat et des deux mentions spéciales décernées à Fanny Renard et Paola Dicelli.

Ce sont ensuite les élèves du conservatoire régional de Metz, voisin de quelques centaines de mètres seulement de l’association Carrefour, qui se sont emparés des 21 textes et en ont créé un spectacle alliant la danse, le théâtre et la musique. Ce spectacle s'est tenu en présence du lauréat et de 5 autres auteurs dans l’auditorium du conservatoire le jour de la sortie du livre, le 5 décembre dernier.

L’histoire ne s’arrête pas là puisqu’en 2016 un concours de composition musicale devrait être lancé dont le thème n’est autre que la nouvelle primée « Une nuit avec Baker ».

EV : Merci de nous avoir dévoilé les dessous de cette remarquable initiative !
Et pour 2016, d’autres projets ?

PV : Oui, bien sûr ! Nous renouvellerons le Prix Littérature et Musique, nous travaillons à un concours dont le sujet sera dévoilé vers la mi-janvier, nous publierons le recueil d'un auteur précédemment primé : François Merdrignac... entre autres !
Pour 2016, j’aimerais donner un peu plus de visibilité à la communauté d’auteurs que nous avons formée année après année. Pour cela, j’aimerais réussir à les rassembler pour un week-end d’écriture, de partages artistiques et de convivialité. Les rencontres avec les auteurs sont toujours d’une grande richesse !

EV : Comment synthétiserais-tu l'esprit des éditions Souffle Court en 4 mots ?

PV : Sens, simplicité, élégance et respect des textes et des auteurs.

EV : Qu’aimerais-tu ajouter ?

PV : La réussite d’un livre est toujours une réussite collective. J’espère arriver à faire adhérer toujours davantage de lecteurs et de libraires à notre démarche. J'invite tes lecteurs à continuer d'écrire, à lire nos ouvrages et s'approprier notre devise :  « Prenez le temps de faire court ».

EV : Merci beaucoup Philippe d’avoir accepté de répondre à nos questions et ainsi fait découvrir les motivations d’un éditeur alternatif qui promeut le genre de la nouvelle. On peut bien évidemment te retrouver sur le site des éditions du Souffle Court et suivre son actualité sur sa page Facebook.


Aller à la Galerie des nouvellistes (Sommaire)

Pour retrouver sur ce blog des textes inédits de "Nouvellistes de la semaine"

Pour découvrir les nouvelles publications des "Nouvellistes de la semaine"

 Pour rencontrer les "Nouvellistes de la semaine" (séances de dédicaces,...)