received_10200315796455035


Le monde des nouvellistes est d'une grande variété.
Certains écrivent occasionnellement, d'autres plus assidûment.

J'ai souvent l'occasion de rencontrer des auteurs "SFFF".
Mais aujourd'hui, nous ouvrons nos horizons...

 

J'ai le plaisir d'accueillir Anne STIEN

 

EV : Bonjour Anne.  Peux-tu te présenter à nos lecteurs en quelques mots ?

AS : Je vis dans l’Oise après plusieurs décennies parisiennes. J’ai exercé le métier d’Assistante de Direction tout en écrivant des romans que je n’ai publiés qu’à partir de 2007. J’ai étudié la prosodie et publié quelques recueils de poésie.

EV : La prosodie, voici qui n'est pas banal ! Si je ne me trompe pas, il s'agit de l'étude des rythmes, des accents et des intonations du langage et de leurs effets sur l'interlocuteur ?
Depuis combien de temps écris-tu des nouvelles ?

AS : Cela fait une paire d’années. J’ai commencé par écrire « Résonance », recueil publié chez Edilivre en 2010.

 résonance

EV :  Qu’est-ce qui t’a poussé à écrire ta première nouvelle ?

AS : J’étais à l’époque sur un site qui publiait des nouvelles. Il y avait  un forum et des critiques. Cela m’a permis de me perfectionner ; J’ai pris goût à l’écriture de ce format qui exige une unité de temps, un nombre restreint de personnages et une chute inattendue. 

EV : Quelles qualités trouves-tu aux nouvelles par rapport aux autres formes littéraires ?

AS : J’aime leur diversité de thèmes. Un recueil de nouvelles, c’est comme un kaléidoscope, une prise de vue multiple, une intensité dans le style d’écriture car le lecteur doit entrer dans l’univers de la nouvelle sans difficulté et poursuivre jusqu’à la fin sans décrocher. Pari difficile à tenir mais si l’on s’en tient à l’essentiel, aux mots  bien choisis, aux sujets originaux et surtout une manière  bien à soi de développer le thème. Tout a déjà été lu ou écrit. Mais tout est dans la façon d’écrire. 

EV : Ton avis rejoint celui de nombreux nouvellistes de la semaine :)
Quels sont les genres littéraires que tu abordes dans tes écrits
 ? 

AS : J’ai une  préférence pour la nouvelle psychologique à suspense. Cela me permet de percer à jour la vraie personnalité de mon héros sans dévoiler la chute finale.

 

EV : Comment te vient habituellement l’inspiration ?

AS : Je dirais à tout moment et n’importe où. La plupart du temps le matin et je travaille jusqu’à l’heure du déjeuner. Mais il m’arrive d’écrire la nuit ou l’après-midi. En fait il n’y a pas de règles.

EV : Tu illustres ainsi que le monde de la nouvelle est bien plus large que la seule science-fiction ;)
Peux-tu nous en dire plus sur tes habitudes d’écriture ?

AS : J’écris en général sur mon ordi. J’ai toujours dans mon sac un carnet où je peux versifier ou laisser des notes. La plupart du temps j’écris chez moi, la radio ne me gêne pas sinon je mets radio classique.

J’écris souvent au petit matin, j’aime sa tranquillité, l’odeur du jardin que je respire avec délice en ouvrant grand les fenêtres. Je n’ai  pas d’horaire pour cela mais je m’astreins à écrire tous les jours que ce soit en prose ou en rimes. Je peux ainsi passer une longue matinée à avancer dans mes textes. J’adore écrire sans filet, sans plan, sans chute, juste me laisser conduire par les mots.

EV : On sent l'âme de l'écrivain :)
As-tu une anecdote à raconter à nos lecteurs sur ta vie d’auteur ?

AS : Mon premier salon reste un souvenir mitigé entre fou-rire et gaffe. Ma voisine n’arrêtait pas de parler. Je remarquais alors qu’elle avait un visage tout aplati comme les pékinois. A l’heure du déjeuner, elle me mit en garde contre la hauteur du trottoir. En effet, au dernier salon, elle s’était étalée face contre pavés. Etourdiment, je lui demandais si la chute était la cause de sa ressemblance avec les pékinois. Mais je n’eus pas le temps de poser ma question jusqu’au bout. Mon éditeur se mit à tousser exagérément en me prenant le bras. En un éclair je compris ma bévue et nous fûmes pris d’un fou-rire incontrôlable. La dame n’y comprit rien. Dans un sens il valait mieux. 

EV : C'est que les éditeurs doivent aussi réunir de multiples talents ;)
Quels conseils donnerais-tu à celui qui voudrait écrire des nouvelles ?

AS : D’abord en lire beaucoup, la référence en la matière étant les écrivains anglo-saxons comme Somerset Maugham, Patricia Mac Donald, Patricia Highsmith. En France, nous avons parmi les plus connues,  Annie Saumont et aussi Anna Gavalda. Il faut aussi respecter les règles de la nouvelle, comme je l’ai indiqué plus haut : unité de temps, nombre restreint de personnages et chute surprenante. 

EV : Je sens que ma "pile à lire" va encore battre des records ;)
Quels conseils donnerais-tu à un lecteur de nouvelle ?

AS : Il faut absolument lire la nouvelle en une seule fois. Il ne faut pas enchaîner les textes les uns après les autres.

EV : Sans doute la meilleure manière de les déguster :)
S’il y avait un livre que tu as lu et apprécié et dont tu aurais aimé être l’auteur, ce serait lequel ?

AS : J’adore Somerset Maugham et ses "nouvelles pour dames" comme dans la chanson de Souchon.

EV : Qu’aimerais-tu ajouter ? 

AS : Ecrire est une vocation, un sacerdoce. Cela prend beaucoup de temps. Mais l’écriture est salvatrice. C’est un rempart contre la déprime et la création littéraire permet de s’évader du quotidien parfois morose. Ecrire enrichit l’âme. L’observation des comportements humains est passionnante.

EV : Qu'as-tu déjà publié ?  
as fatale    as reflet   as auspices

 

as altitude   as moineau   as risée

 

EV : Où peut-on te retrouver ? 

Par mail : stienan@gmail.com   
Sur mon site Web : http://anouk60.blogspot.com

EV : Merci Anne d'avoir pris le temps de répondre à mes questions et de satisfaire ainsi notre curiosité ;) 

 

 


 Aller à la Galerie des nouvellistes (Sommaire)

Pour retrouver sur ce blog des textes inédits de "Nouvellistes de la semaine" 

Pour découvrir les nouvelles publications des "Nouvellistes de la semaine" 

Pour rencontrer les "Nouvellistes de la semaine" (séances de dédicaces,...)


 

 

LE MOINEAU 1ère