JMSLe nouvelliste de cette quinzaine est un habitué des anthologies.
Sur les réseaux sociaux,
il se cache le plus souvent
sous le pseudo énigmatique de The_wakwak_Tree.

 Jean-Marc Sire, soit le bienvenu ici !

EV : Bonjour Jean-Marc. Tout d’abord, qui es-tu ?

JMS : Hello Erik !
Alors, que dire… j’ai 52 ans, je mène une petite vie tranquille de monsieur Tout-le-Monde, partagé entre mon travail et ma famille, avec une passion pour les voyages et ce besoin étrange qui est de vouloir raconter des histoires.

EV : Depuis combien de temps écris-tu des nouvelles ?

JMS : Je crois que j’en ai toujours écris, même si tout ça est resté très brouillon pendant de longues années. Ma première nouvelle proprement dite, finalisée et envoyée à un concours doit dater de mes 17-18 ans (mais jamais publiée au final). L’envie d’écrire est quelque chose qui a toujours été très présent dans ma vie, par cycles, mais sans que j’arrive à concrètement en faire quelque chose. Pour cela, il m’a fallu atteindre 2013.

EV :  Si tu l'as encore, je me ferai un plaisir de la publier sur ce blog ;)
Qu’est-ce qui t’a poussé à écrire cette première nouvelle ?

JMS : Cette envie et ce besoin que j'ai de raconter des histoires.

EV : Quelles qualités trouves-tu aux nouvelles par rapport aux autres formes littéraires ?

JMS : En fait, je ne me pose pas la question.

En tant que lecteur, que ce soit un roman ou un recueil de nouvelles, peu importe. Quand tu commences à être embarqué par un auteur, tu dévores tout ce qui te tombe sous la main, et pour parler d’un des écrivains qui m’a le plus marqué, Jack Vance, que tu lises l'ensemble de « La Geste des Princes-Démons »  ou  simplement « Les mondes de Magnus Ridolph », le plaisir est le même. Je ne crois pas qu’il faille chercher à opposer systématiquement ces deux genres. Ce sont juste des moyens d’expression différents. Je trouve que ça revient à essayer de comparer « Kashmir » de Led zeppelin avec « Zelda » d'Yves Simon.

Après, d’un point de vue auteur, le problème est encore plus simple, ce que j’écris a toujours été dans le format court de la nouvelle. Donc ce n’est ni un choix ni une préférence, je suis juste « câblé » comme ça.

EV : « Kashmir » de Led zeppelin, cela me rappelle d'excellents souvenirs quand j'en ai joué une harmonisation pour orchestre, à la flûte traversière.
Mais revenons à toi, quels sont les genres littéraires que tu abordes dans tes écrits ?

JMS : J'avoue que je suis bien incapable de répondre à cette question. J’écris des textes plutôt humoristiques (enfin, je pense !), voir parfois loufoques et qui globalement appartiennent aux littératures de l’imaginaire, ou SFFF selon l’expression consacrée… même si j’ai une forte tendance à toujours être à la l’extrême limite entre science-fiction et littérature blanche. Mais au-delà du genre littéraire, ce qui est le plus important pour moi, c’est avant tout l’humanité des personnages. La Science-Fiction n'est peut-être au fond qu'un prétexte.

Et depuis peu, en famille, on réalise également des carnets de voyage de nos vacances en format numérique (plutôt que de les poster sur un blog).

EV : Comment te vient habituellement l’inspiration ?

JMS : D’un truc vu à la télévision, d’une musique trouvée sur Youtube (suivez la chaîne SOFAR & KEXP), de ce que je peux lire, d’une conversation avec un petit vieux en train de pécher au bord d’un canal et qui t'explique que c'était mieux avant, d’une personne qui vient de demander si tu n’as pas une petite pièce, pour manger, lui et son chien...

EV : J'ai souvent remarqué que les invités de cette chronique avaient un regard aiguisé sur le monde et les personnes qui les entourent...
Peux-tu nous en dire plus sur tes habitudes d’écriture ?

JMS : J’écris principalement le soir, et je corrige toujours le matin en week-end. La musique tient une place importante dans ce processus, ça me permet de conserver un ton ou un rythme. Ensuite, j’imprime le texte pour le relire à haute voix. Je passe un temps fou sur les corrections, pour trouver le mot juste, la bonne réplique, le bon rythme d'une phrase. Et j’élague également aussi beaucoup durant les corrections.

Autrement, je suis présent sur deux forums d’écriture, Cocyclics et L’écritoire des ombres. Je voudrais juste redire combien la communauté est essentiel, pour la béta-lecture, les conseils et les critiques. C’est ça qui te fait avancer. Je vous invite à découvrir ces deux forums remplis de passionnés.

EV : Voici un excellent conseil !
As-tu une anecdote à raconter à nos lecteurs sur ta vie d’auteur ?

JMS : Une auteure auto-éditée, œuvrant sous le pseudo de Paumadou, avait posté sur son blog un article très intéressant sur les erreurs à ne pas commettre quand on est un nouvelliste débutant. Une de ces erreurs était désignée sous le nom de « syndrome de Perceval », en référence au personnage de Kaamelott qui met inévitablement des petits vieux mystérieux dans ces comptes-rendus de quêtes. La critique portait sur ces personnages qui apparaissent comme par magie dans un récit en étant porteur d'une révélation ultime, et qui, une fois leur message délivré, disparaissent tout aussi mystérieusement.

Pour moi aussi, ça a été une révélation… depuis, mes personnages les plus emblématiques sont des petits vieux !

EV : Que conseillerais-tu à celui qui voudrait écrire des nouvelles ?

JMS : Je ne permettrais pas de donner des conseils, je peux juste partager ce qui me motive : écrire ce n'est pas une envie, c'est un juste une sorte d'urgence que tu as en toi : donc, vas-y, écrit !

EV : Et à un lecteur de nouvelles ?

JMS : Aucun. Je crois qu'on doit  juste les remercier d'être venu jusqu’à nous et espérer qu'ils ont eu autant de fun à nous lire, qu'on en a eu à écrire pour eux.  

EV : S’il y avait un livre que tu as lu et apprécié et dont tu aurais aimé être l’auteur, ce serait lequel ?

JMS : Pareil, je ne crois pas qu'on aurait aimé écrire les livres qui nous ont fait rêver. Par contre, on a tous des auteurs qui ont marqué notre imaginaire. Ma liste est un peu « vintage » peut-être, Jack Vance, Ursula Le Guin, Bradbury,  Asimov, Pierre Pelot, Tolkien, Robert E. Howard ,Van Vogt, Lovecraft et plus récemment Kim Stanley Robinson, en ajoutant Richard Peyzaret & Hugo Pratt pour la BD.

Mais mes « milestones » restent les romans de Clifford Simak : « Le carrefour des étoiles », « Mastodonia » et  surtout « Demain les chiens »… on a tous un maître Jedi ;-)

EV : Qu’aimerais-tu ajouter ?

JMS : Juste te remercier pour ce bel espace d’expression que tu nous offres.

EV : Merci à toi de te prêter au jeu!
Quelles sont tes nouvelles qui ont été publiées ?

JMS : Actualité oblige, je vais commencer par les Éditions Arkuiris qui sortent une toute nouvelle anthologie à laquelle je participe !

Cafard Hérétique #1 Cafard Hérétique #8

Le Cafard Hérétique :

Lanfeust 2013  Lanfeust 2015

Lanfeust magazine :

La Madolière - Robots

La Madolière

  • « Le robot qui aimait cueillir des pommes » - Anthologie Robots

Brins éternité

Brins d'éternité :

ML9_couverture

Mots & Légendes :

  • « Le dernier homme sur la terre » - N#9

EV : Peut-on trouver certains de tes textes sur le web ?

EV : Enfin, comment peut-on te retrouver ?


 Aller à la Galerie des nouvellistes (Sommaire)

 Pour retrouver sur ce blog des textes inédits de "Nouvellistes de la semaine"

 Pour découvrir les nouvelles publications des "Nouvellistes de la semaine"

Pour rencontrer les "Nouvellistes de la semaine" (séances de dédicaces,...)